Articles les plus consultés

vendredi 18 mai 2018

Bilan du frai 2018

Malgré les crues de janvier et février à 300 et 200m3, les frayères de truites ont bien supporté les débits et les alevins ont éclos nombreux et de partout !

Le débit a été correct durant les mois de mars, avril et mai (entre 15 et 30m3 en moyenne). Une fonte qui s'est étalée jusqu'à mi-mai (au moins). Ceci a notamment permis de protéger les frayères de truites et aux ombres de frayer en paix.

Truitelles et ombrets ont été observés de partout sur le Guiers (de Saint Béron à Belmont Tramonet) et les truitelles sur les affluents étaient tout aussi nombreuses. On remarque que l'émergence des truitelles et ombrets est plus tardive à St Béron qu'à Pont de Beauvoisin (~ 1 à 2 semaines).

Les premières truitelles ont été observées le 17 avril sous la Salpa. Les premiers ombrets ont été observés le 5 mai en Calabre.

Alors certes on s'enthousiasme de revoir des truitelles et ombrets en nombre appréciable sur nos bordures, mais je tiens à préciser que la densité des alevins est toujours trop faible pour espérer retrouver une augmentation de la population des autres générations... En gros, j'ai du observer ponctuellement une centaine d'alevins de truites et autant d'ombres. 
Sur tous ceux que j'ai vus, statistiquement, une seule truite et un seul ombre atteindront la taille adulte pour pouvoir se reproduire...

C'est pour cette raison que nous avons modifié la réglementation en interdisant de marcher dans l'eau jusqu'à mi-mai, en augmentant les tailles légales et en baissant les quotas de prélèvement.

Un autre de nos projets est d'améliorer la survie et la croissance des juvéniles, en améliorant leur habitat et en créant des caches, afin qu'ils puissent éviter au maximum la prédation (Pêcheurs et oiseaux piscivores...).

Toutes ces mesures pourraient permettre dans un avenir pas si lointain de retrouver une plus grande population de poissons de toutes les générations (si la qualité d'eau continue de s'améliorer, et ça on y travaille aussi !).

A noter : a été photographiée aux Chaudannes le 6 mai 2018, une truitelle AEC d'environ 1 cm.

Bilan de l'interdiction de marcher dans l'eau :

On estime à environ 30-40% des pêcheurs qui ont fréquenté nos parcours et qui ont respecté la réglementation. Ce n'est pas satisfaisant, mais néanmoins c'est toujours mieux que rien. Même si cette réglementation est souvent remise en cause, les pêcheurs semblent mieux la comprendre et y voir un intérêt lorsqu'elle est discutée de vive voix avec des membres du bureau.

L'information est primordiale, c'est pourquoi nous rappelons une fois de plus, que nous avons mis cette mesure en place, non pas pour contraindre encore plus le pêcheur dans sa pratique, mais bel et bien pour protéger les œufs dans un premier temps, et les fragiles alevins dans un second.

En effet, jusqu'à l'éclosion des œufs (15 avril pour les truites et 5 mai pour les ombres), il est important de ne pas piétiner les frayères, qui sont à des endroits bien spécifiques (et pas forcément en plein milieu de la rivière, mais souvent en bordure). Puis après l'éclosion, il est important de ne pas mettre un pied dans l'eau pendant au moins 2 semaines, car les fragiles alevins ne peuvent lutter contre les forts courants et se retrouvent donc tout naturellement en bordure immédiate, là où le courant est plus faible, voire nul. 

De plus, les truitelles ont tendance à se dissimuler sous les pierres, donc ce n'est pas parce qu'on ne les voit pas qu'il n'y en a pas... Et les ombrets sont tellement minuscules et transparents que s'il n'y a pas de soleil (qui permet de voir leur "ombre" sur le fond), ils sont quasi invisibles...


samedi 5 mai 2018

Retour sur l'initiation mouche des jeunes par Patrick Chabert

Un énorme merci à Patrick Chabert qui a offert cette initiation mouche au parcours des Fontaines à Beaufort (38), aux deux jeunes Sacha et Guillaume ayant attrapé les plus grosses prises lors de notre safari truite !!!
Le 20 avril 2018, c'est une merveilleuse journée qu'ont passé nos jeunes, apprenant tous les rudiments de la pêche à la mouche et prenant leurs premiers poissons !
Ils ont été beaux et nombreux à s'être laissés dupés par l'apprentissage et la technique de nos moucheurs en herbe !!!
:)

Encore un immense merci à Patrick Charbert, moniteur guide de pêche à Alpes Pêche, à notre Jeannot Avril qui a suivi, heureux, cette journée d'initiation, en initiant lui-même le papa de Sacha, Ludwig, à cette technique !

Encore merci et un grand bravo à nos jeunes, qui à n'en pas douter vont devenir de futurs mordus !!!

:)















Attention bébés au bord 2

C'est au tour des ombrets maintenant de voir le jour sur le Guiers!!!

Ca fait vraiment plaisir à voir, même si ils sont plus difficiles à observer !

Merci de faire attention à eux, on en a vu de partout de Saint Béron à Belmont-Tramonet !!!

:)









jeudi 26 avril 2018

La Bridoire et le problème de l'eau


La commune de La Bridoire est en proie à une mauvaise qualité d’eau en général. Cela fait un moment que nous alertons les Pouvoirs Publics sur les diverses pollutions (industrielles, agricoles et domestiques) que subissent les milieux aquatiques de cette partie de l’Avant Pays Savoyard.
En effet, la position géographique de La Bridoire permet de mieux comprendre le pourquoi du comment. La commune est coincée entre le Canyon du Grenand qui descend d’Attignat-Oncin,  les gorges du Rondelet qui descendent d’Ayn et Dullin et le ruisseau des Gorges qui descend de Saint Béron. Ces 3 ruisseaux se jettent dans le Thiers au niveau de la Bridoire.  Et ces communes connaissent une forte activité agricole, pas toujours respectueuse de l’environnement, qui se répercute, malheureusement, sur la qualité des eaux de surface (lisiers et autres épandages  d’engrais et de produits phytosanitaires…).

La Bridoire est également une commune où les pollutions industrielles ont été (et malheureusement le seront encore pendant longtemps, au vu des produits toxiques qui sont emmagasinés dans les sols…) très nombreuses et impactantes (Zolpan, ex PTB, Agrati…) pour la faune et la flore aquatique.

Dernier point, La Bridoire et les communes avoisinantes possèdent un système de traitement des eaux usées devenu obsolète. En effet, les bassins de décantation de la Bridoire sont vétustes, le sol et les digues alentours ne sont plus étanches et laissent se diffuser le contenu des bassins au Thiers et dans le ruisseau des Gorges, mitoyens. La station d’épuration  d’Ayn, elle  aussi, est obsolète et renvoie ses rejets directement dans le Rondelet, qui finissent, plus bas,  au Thiers.

Bien entendu, les eaux de surface sont polluées. D’ailleurs M. le Maire a, la semaine dernière, pris un arrêté communal interdisant les sports nautiques dans le Grenand car des cas récents de leptospirose ont été  diagnostiqués chez les canyoneurs usagers du Grenand.

Hier, c’est l’eau du robinet qui a été touchée. L’antenne savoyarde de l’Agence régionale de santé (ARS) indique que la qualité d’eau n’est pas suffisante pour être bue et la commune demande aux habitants de ne plus utiliser l’eau du réseau potable et distribue des bouteilles d’eau minérale, car de nombreuses personnes, dont des enfants de l’école, ont été prises de diarrhées, vomissements et fièvre…

Ce qui est inquiétant, c’est que nous savons et alertons depuis fort longtemps que les eaux de surface sont polluées, mais là, le problème semble atteindre les nappes (avec la quantité d’eau que nous avons eu cette année, ce n’est pas étonnant que des infiltrations se produisent.).
Tout le monde est touché, bien sûr les pêcheurs, les usagers des sports d’eau vive, les riverains et administrés.

Nous déconseillons fortement aux promeneurs et riverains de laisser boire leurs animaux de compagnie dans les ruisseaux avoisinants.

Nous recommandons également fortement aux pêcheurs de ne pas consommer les poissons du Thiers, du Grenand, du Rondelet et du Ruisseau des Gorges, tant que toute la lumière n’a pas été faite sur cette affaire et que des prélèvements et analyses n’ont pas été faits.

Espérons que ces circonstances feront prendre conscience aux pouvoirs publics de l’étendue des dégâts et permettront de comprendre et régler les problèmes, sans que la santé des administrés et des usagers n’ait à en souffrir plus dans un avenir à long terme.


jeudi 19 avril 2018

Animation pêche et sensibilisation aux milieux aquatiques avec les jeunes du club de foot

C'est une formidable journée d'initiation que nous avons passé avec nos jeunes (7-11 ans) du club de foot US Pont de Beauvoisin Football ! 

Au programme, le matin, sensibilisation aux milieux aquatiques et leurs problèmes et notamment pour la rivière qui passe sous leur stade : le Guiers !

Initiation Pêche à l'étang de Reculfort ensuite, nos jeunes pêcheurs se sont régalés et ont attrapé tout un tas de poissons, qui sont bien entendus tous retournés à l'eau immédiatement ! 

Petit barbecue sympa à midi, repêche en début d'après-midi et nos apprentis pêcheurs sont repartis avec un peu de lecture, quelques tatouages "Gloops" et des images de bouchons qui coulent et de combat avec les poissons plein la tête !

Une fois encore je remercie nos bénévoles qui ont fait un super travail d'encadrement ! vous assurez !!! 

Un grand merci également aux bénévoles du foot ! 

Merci également à la boulangerie Boréa à Pont de Beauvoisin 73, pour leur petit "bonus" offert lors de nos animations jeunes de cette semaine

Une animation à refaire ! 

:)

Avec Florence Bellemin (qui nous amène les casse-croûtes sur ses horaires de sortie), Jean Avril, Bernard Planche, Marc Tournay, Gilles Galler, Eric Ziegler, Emilien Servonnat, Cyril Discini et David Maillard