Articles les plus consultés

samedi 18 juillet 2015

Pêche de sauvetage sur Le Rondelet

Hier a eu lieu une pêche de sauvetage dans le Rondelet... C'est la première que nous avons eu à effectuer depuis 2003...

Depuis une semaine, la canicule ne cessant pas, j'avais ce petit ruisseau dans la tête, il descend d'Ayn est en quelque sorte notre "sonnette d'alarme" en cas de sécheresse...
Chaque année la partie basse s’assèche, et ça c'est "normal", les poissons ont appris à vivre avec et se préparent à l'avance, soit à descendre dans le Thiers, soit à remonter dans les gorges, là où ils trouveront suffisamment d'eau pour passer la période estivale.

Mercredi dernier quand je suis allé jeter un œil au ruisseau, je l'ai trouvé à sec... Vision d'horreur...
J'ai donc redescendu tout le ruisseau, à la recherche de quelques gouilles ou flaques dans lesquelles le poisson aurait pu se réfugier... et quelques centaines de mètres sous le barrage EDF, j'ai pu constater qu'effectivement une cinquantaine de poissons s'étaient retrouvés pris au piège dans des vasques creusées dans la mollasse.
Je ressors alors des gorges (pour avoir du réseau) et appelle immédiatement Manu Vallat à la Fédé 73, qui me dit qu'il ne pourra intervenir que seul et le vendredi suivant, tous les autres étant déjà sur le terrain à divers endroits... 2 jours à attendre...

Le vendredi arrivant, et après l'appel passé sur Internet, j'ai eu la joie de constater que quelques personnes nous ont gentiment et spontanément proposé leur aide ! ça fait chaud au cœur de voir qu'en cas d'urgence on peut compter sur certaines personnes ! Un grand Merci donc à Florence Bellemin de La Bridoire, David Zielinka, de Pont de Beauvoisin et Fabrice Andrieux et sa fille Flavie de Domessin. Rendez-vous est donné à 16h pour effectuer la pêche de sauvetage.

Vers 13h, David Maillard et Eric Ziegler décident d'y aller en avance histoire de vérifier que la partie amont (celle qui est enclavée dans les gorges) que je n'ai pas pu explorer la fois dernière faute de temps (mais dont je ne pensais pas qu'elle aurait posé problème) n'est pas trop touchée.



Et là, ce fut une seconde vision d'horreur... plus une goutte de flotte dans toutes les gorges, nous remontons, trouvant tous les 10m une vasque remplie de dizaines de truites pipant la surface, ou une flaque remplie de juvéniles de l'année... 
et des cadavres... tout le long... 
Les truites que nous constatons mortes sont "fraîches"...
Pendant notre remontée, nous mettons donc au dessus de chaque flaque et chaque vasque des branches et des feuilles de fougères histoire de rafraîchir et protéger un peu les truites, qu'elles puissent patienter les quelques heures avant l'arrivée du Martin-pêcheur.

  
 Arrivés en haut des gorges, coup de fil de Florence, qui se propose de venir nous donner un coup de main en avance si besoin. Nous lui demandons de venir avec des seaux et de l'eau fraîche en urgence car d'après nos observations on a bien compris que c'était une question de minutes pour sauver les truites qui pourraient encore l'être... Coup de fil à Jeannot le plus court de l'histoire : "Jeannot, arrive tout de suite au Rondelet et prends des seaux ! Pose pas de questions !"

Un quart d'heure après Florence nous rejoint et remonte les gorges. Lorsqu'elle arrive à nous, elle nous explique qu'elle a été obligée de s'arrêter en route car sous les tas de branches que nous avions fait, l'eau s'était complètement évaporée et les truites crevaient... en 20mn, les 15-20 cm de flotte qu'il y avait avaient disparu... Nouveau coup de fil à Manu de la Fédé pour lui dire qu'il y a urgence et qu'il faudrait qu'il vienne le plus vite possible. Il me répond qu'il remplit la cuve et qu'il arrive aussitôt.
Quand je vois à quelle vitesse les truites crevaient devant nos yeux de minutes en minutes, je n'ose pas imaginer l'hécatombe que ça a du être depuis 3 jours, j'en aurais pleuré...

Nous redescendons, prenons les seaux et commençons à 5 (Florence Bellemin, Eric Ziegler, Max Tournay, Jean Avril et David Maillard) à récupérer les truites les plus mal en point, à la main et à la filoche... nous avons déjà pu en sauver comme ça, déjà une cinquantaine que Florence et Jeannot sont allés libérer dans un autre ruisseau.

Puis Manu Vallat est arrivé, nous avons été rejoints par Michel Buscoz et Laurent Meunier-Carrus, Gilles Chabert, David Zielinka, Fabrice Andrieux et sa fille Flavie, et on a pu commencer la pêche au martin-pêcheur, sur facilement 600 à 700m de ruisseau.



Tous les bénévoles ont donné leur maximum, charriant les seaux, les remontant de 30 m dans les gorges au milieu des orties, de ronces, des taons et des blocs de pierre qui se faisaient la malle sous leurs pieds !!! Ce fut sacrément physique, mais un vrai esprit d'équipe a fait que l'on a pu travailler rapidement et efficacement et sauver à vue d'oeil 200 à 250 truites.
Chiffre ridicule et insignifiant devant la mortalité totale qui a du intervenir depuis des jours... Mais c'est déjà mieux que rien... et je vous garantis que j'y ai vu de la gratitude dans les yeux de ces truites qu'on libérait dans les eaux plus fraîches et oxygénées d'un autre ruisseau...

Une dernière chose qui nous a choqué... Sur la partie à l'amont des gorges où il y a encore un peu d'eau, nous n'avons pas vu une truite... alors qu'il y a de l'eau... en revanche nous avons constaté un grand nombre de "barrages" faits à la main avec des cailloux, signe que des riverains peu scrupuleux ont profité de cette période de sécheresse sont venus "casser" les truites en les effrayant et les acculant dans les retenues formées pour les pêcher à la main ou autre... C'est pas possible de voir jusqu'où va la connerie humaine...
Pêcheurs, vu les conditions, cessez de pêcher, c'est mieux ! mais ne désertez pas vos cours d'eau, car d'autres individus en profitent pour venir braconner et piller... il faut absolument garder une présence au bord de l'eau en ces temps critiques !!!

Enfin bref, ce que je préfère retenir de cette journée, c'est l'esprit d'équipe des bénévoles qui ont tous œuvré pour le même objectif : sauver les quelques centaines de truites (et écrevisses) que l'on pouvait encore sauver...






Un GRAND BRAVO et un IMMENSE MERCI à tous !!!

4 commentaires:

  1. Un GRAND BRAVO à toi David qui sans ton Alerte, elles seraient toutes mortes.

    RépondreSupprimer
  2. Salut,
    Je crois que j'aurais été comme toi, de voir cela m'aurait probablement donné envie de pleurer...

    C'est un ruisseau que je n'avais jamais pêché avant cette année, et c'est un très beau ruisseau effectivement.

    Désolé pour votre aappma et surtout pour toutes ces truites mortes, c'est désolant...

    Raphh

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Raphh, je me suis également éclaté sur ce ruisseau en début de saison et de voir toutes mes compagnes de jeu dans cet état, ça m'a flingué... Mais la nature reprend toujours le dessus ! avec le temps...

      David

      Supprimer