Articles les plus consultés

lundi 18 juillet 2016

De la pratique du no-kill en été


Ça y est, la période d'étiage est là, les nuits restent chaudes, la température du peu d'eau de la rivière commence à grimper en flèche...
C'est une sale période à passer pour nos amis les poissons...
Outre le fait de la température et du manque d'oxygène dissout dans l'eau, ces derniers se rassemblent dans les veines d'eau et se mettent donc à découvert pour les prédateurs (dont nous faisons partie).

D'ailleurs, cela fait quelques jours que nous remarquons bon nombre de truites mortes sur nos no-kill, non pas à cause des conditions, mais à cause de mauvaises manipulations après capture.

La tentation peut être forte d'aller faire "un carton" à tel ou tel endroit, tout ceci étant "justifié" par le fait que nous pêchons en no-kill... Mais il y a "no-kill" et no kill...

Le no-kill ce n'est pas juste prendre un poisson et le remettre à l'eau. Le no-kill c'est le respect du poisson (et cela peut aller jusqu'à ne pas le pêcher parce qu'on sait que les conditions ne seront pas favorables à sa relâche).

Faisons un petit point sur la capture et la remise à l'eau, qu'il est impératif de respecter en ces temps de fortes chaleur :

Le matériel :

-Bien sûr la première chose, celle qui est en contact et qui piège le poisson, c'est l'hameçon. Celui-ci ne doit pas être trop petit afin de ne pas être engamé trop profondément. Et nous ne le répéterons jamais assez, mais il doit être SIMPLE et SANS ARDILLON !!!


-Le fil (bas de ligne) doit, lui aussi, rester adapté. On entend souvent des pêcheurs se vanter d'avoir pris un gros poisson en 8 ou 6/00... oui mais à quel prix ? très certainement celui de la vie du poisson. En effet, il faut éviter au maximum de faire durer le combat, le manque d'oxygène et la chaleur font monter le taux d'acide lactique durant l'effort et peuvent entraîner la mort du poisson, parfois même des heures après une relâche qui s'est "bien passée"...
En ce qui me concerne, je descends très rarement en dessous du 12/00.

-L'épuisette est elle aussi OBLIGATOIRE, et ce, quelle que soit la taille du poisson. Elle permet de ne JAMAIS sortir le poisson de l'eau et d'éviter trop de manipulations. 
En ce qui me concerne, j'épuise le poisson, le laisse dans l'eau en retournant vers la berge (dans 80% des cas ma mouche ou mon leurre s'est déjà décroché tout seul durant l'opération), trouve un endroit assez profond ou je peux caler mon épuisette pour que le poisson reste dans l'eau, si besoin, je lui soulève la tête pour le décrocher délicatement. Je le laisse reprendre ses esprits quelques instants, le temps d'attraper l'appareil photo, le photographie et lui rend sa liberté. Quand tout se passe bien, le poisson n'est jamais serré dans les mains et ne sort jamais de l'eau.

Une dernière chose pour l'épuisette, préférez la à large ouverture et profonde (c'est pas tant pour la taille du poisson à mettre dedans que pour qu'il ait de l'espace et se débatte le moins possible) et avec des mailles en caoutchouc (enlève moins le mucus et évite à l'hameçon de se prendre dedans).


                                           
La manipulation du poisson :

-Un pêcheur doit connaitre un minimum l'anatomie du poisson afin d'éviter les erreurs qui souvent valent la vie à nos compagnons de jeu. Une des pires est de manipuler son poisson et de le serrer juste derrière les ouïes (pour éviter qu'il ne se débatte et qu'il s'échappe). C'est la dernière des choses à faire car c'est à cet endroit que se trouve le cœur des poissons.
                                     
                                                        C'est valable pour tous les poisons !

On manipule le poisson le moins possible et si on a à le faire, on le fait dans l'eau et dans l'épuisette, sans le serrer !

Je vois également très souvent des pêcheurs qui font des photos de leur poisson à terre (sur des cailloux brûlants, notamment) ou qui se prennent en selfie avec leur poisson... le temps de cadrer et faire la photo, il y en a au moins pour 10 secondes et nous savons tous qu'il faut au moins 4 ou 5 photos pour qu'il y en ait une de bonne... je vous laisse faire le calcul du temps passé hors de l'eau pour le poisson... en plus du traumatisme de la capture... 
La photo ne sera pas moins belle si vous gardez le poisson dans l'eau et dans votre épuisette ! après pour les narcissiques invétérés, y'a plus qu'à consulter !

La relâche :

Je vois également des vidéos où les pêcheurs au moment de relâcher leur poisson, le prennent, le caressent, lui font faire des mouvements de va et vient et tout le tremblement... Il faut éviter de manipuler le poisson au maximum ! et toujours avec les mains mouillées et dans l'eau ! le moindre cm² de mucus enlevé peut être une zone où vont se développer les infections en tous genres, qui peuvent aller jusqu'à la mort du poisson, des semaines après la manipulation.

Une fois la photo faite, on baisse l'épuisette, ou on l'aide à glisser par dessus et c'est tout ! si tout s'est bien passé avant, le poisson n'a nul besoin d'être "réanimé" !



Voilà, le no-kill n'est ni un phénomène de mode, ni une philosophie, c'est simplement le respect du poisson et de la vie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire