Articles les plus consultés

mardi 27 décembre 2016

Pré-bilan des frayères sur le Tiers et des travaux de l'automne

Aujourd'hui fin de l'inventaire des frayères sur tout le Tiers...
Même si tout n'est pas terminé, je peux dors et déjà tirer certaines conclusions suite aux différentes observations effectuées.

Comme on pouvait s'y attendre, le linéaire (1km environ) de la cascade de la Bridoire (aval de l'usine Agrati) jusqu'au pont de Ste Catherine est un désert total... Ce qui m'inquiète c'est que l'an passé (et malgré le même nombre de pollutions) j'avais observé de nombreuses frayères entre le Pont des Rousses et le Pont de Ste Catherine, cette année, sur le même linéaire, je n'en ai pas observé une seule... Cette portion est donc pour le moins dans un sale état...

En amont de l'usine jusqu'aux résurgences, pas de problème.

En aval du Pont de Ste Catherine jusqu'au Bottet, on commence à en retrouver quelques unes.
Le parcours en amont de la Vavre ne se porte pas trop mal.

En revanche entre le canal de sortie de la centrale hydroélectrique de la Bridoire jusqu'au Pont des Français, c'est à nouveau le désert...

Le secteur des Boissières, en aval, se porte bien.

Mais à l'aval et jusqu'à la confluence avec le Guiers, je n'ai pas retrouvé les frayères que j'avais observées l'année passée et celles que j'y ai vues sont petites et rares...








Un autre bilan que je peux dors et déjà tirer, c'est celui des travaux que nous avons entrepris cet automne sur 2 de nos affluents... et le bilan est hyper positif !!!

Sur ces 2 ruisseaux sur lesquels nous nous sommes concentrés cet automne avec toute notre équipe de fous furieux (que je remercie encore au passage), où nous avons enlevé les embâcles, tronçonné des arbres énormes qui s'étaient accumulés depuis des années, débroussaillé les abords, pioché le fond pour casser les concrétions calcaires et révélé le lit de gravier, j'en passe et des meilleures...
Et bien à chaque endroit dont nous nous sommes occupés, j'ai pu constater de nouvelles frayères qui n'y étaient pas l'année passée !
A certains endroits qui étaient extrêmement ensablés, on a même pu gagner jusqu'à 50m de gravier (à la place du sable), où l'on retrouve des frayères, avant la confluence avec le Guiers !!!

Bref, c'est là qu'on se dit qu'il suffit parfois de pas grand chose, quelques coups de tronçonneuse, de pioche, beaucoup d'huile de coude, pour améliorer grandement les choses !!! 

Et au cours de mes pérégrinations cet hiver, j'ai encore découvert d'autres affluents très intéressants dont nous nous occuperons certainement l'année prochaine !

Encore un immense merci à tous les bénévoles qui ont permis cela !!!







Aucun commentaire:

Publier un commentaire