Articles les plus consultés

vendredi 10 février 2017

Propriétaires riverains et baux de pêche

Notre AAPPMA va bientôt relancer une campagne d'acquisition des baux de pêche sur nos rivières et ruisseaux.
Je profite de cette occasion, pour remercier de leur confiance, les nombreux riverains qui nous cèdent déjà les baux sur leurs propriétés.

Tout d'abord il convient de rappeler qu'il y a très peu d'endroits, le long de nos cours d'eau qui sont "publics". La grande majorité des parcelles appartiennent à un propriétaire et sont donc privées. Le propriétaire est donc propriétaire de sa berge, évidemment, mais également du lit de la rivière (jusqu'à moitié s'il ne possède pas les deux berges). Il n'est en revanche pas propriétaire de l'eau, qui est un bien commun, ni de la faune qui s'y implante.
Donc, pêcheurs, quand vous voyez le long d'une rivière, une berge qui est barrée d'une clôture non aménagée, c'est que le propriétaire n'a pas cédé les baux de pêche et ne désire pas vous voir passer sur sa propriété. C'est son droit.

Etre propriétaire riverain d'un cours d'eau donne bien entendu des droits, mais également des devoirs, qui sont bien résumés sur la plaquette ci dessous (document d'une autre Fédé, dont nous nous sommes largement inspirés).


Pourquoi est-il important qu'une AAPPMA détienne les baux de pêche sur son domaine ?
Tout d'abord il faut bien comprendre que céder les baux de pêche à une AAPPMA n'enlève en aucun cas le droit de propriété du propriétaire. C'est une convention passée entre les deux (association et propriétaire) dans laquelle le propriétaire s'engage à autoriser et faciliter le droit de passage des pêcheurs sur son terrain.
Ce droit de passage, que ce soit dans l'eau ou sur les berges, s'il n'est pas donné peut amener à la mise en réserve (interdiction de pêche et d'accès) ou à de nombreuses querelles au bord de l'eau entre pêcheurs qui ne sont pas informés et se pensent dans leur bon droit et propriétaires, eux, qui sont dans leur bon droit (si la parcelle est close).

L'autre chose qui est très importante, c'est  que les infractions à la réglementation halieutique commises là où les baux ne sont pas signés, donnent bien souvent lieu à un arrêt des poursuites, après que notre Garde Pêche Particulier ait dressé le PV. Céder les baux de pêche permet aussi un meilleur contrôle et de faire appliquer les règlements en place pour préserver la ressource piscicole.

De plus cela nous permet de pouvoir intervenir sur le terrain, pour mettre des panneaux, par exemple,ou pour nettoyer les chemins de berge empruntés par les pêcheurs ou les embâcles (sans que le propriétaire n'ait à le faire), mais aussi d'accéder lors des pollutions éventuelles ou autres...

Pour toutes ces raisons il est très important que l'AAPPMA détienne un maximum de baux de pêche sur ses cours d'eau et travaille en collaboration avec les propriétaires riverains pour la protection des milieux aquatiques.

Tout ceci étant dit, si vous êtes riverain d'une rivière ou d'un ruisseau coulant sur notre domaine (Pont de Beauvoisin 38 et 73, La Bridoire, Domessin, Belmont-Tramonet, Saint Béron, Verel de Montbel, Saint Jean d'Avelanne, Voissant, Romagnieu, Dullin, Ayn, Avressieux) vous allez certainement recevoir, dans les mois qui viennent, un courrier informatif de notre part vous priant de nous céder les baux de pêche (si ce n'est déjà fait) et vous proposant de nous rencontrer pour en discuter.

Si vous êtes un propriétaire riverain intéressé et que vous voulez prendre un peu d'avance, vous pouvez déjà me contacter par mail (aappma.guiers.thiers73@gmail.com) ou par téléphone (06-72-28-87-92) !
N'hésitez pas !
:)

3 commentaires:

  1. C'est un travail fastidieux, mais indispensable pour légaliser les interventions sur le terrain.
    Bravo a vous pour cette démarche qui est la base d'une AAPPMA.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Bernard,
    Oui c'est un énorme boulot, heureusement, j'ai Florence qui me file un sacré coup de main ! :)

    RépondreSupprimer