Articles les plus consultés

mardi 5 juin 2018

Des parasites à l’étang

En ce début de saison, nous avons été témoins de nombreux poissons à l’étang présentant de la « mousse » sur le dos (gardons, rotengles, carassins…). Nous avons vite fait le lien avec des parasites que nous avons observés.

En effet, il semblerait que des argulus ou « pou de la carpe » prolifèrent sur l’étang. Nous en avons-nous même observé sur de nombreuses prises (carpes, Koï, carassins, rotengles…). Ces parasites sont de minuscules crustacés qui se fixent entre les écailles ou sur les ouïes des poissons, se nourrissant des fluides de leur hôte, et infectant leur peau (d’où la mousse). Concernant les argulus ou « pous », on dirait de petites (qques millimètres) bestioles rondes et translucides, pas faciles à voir, qui se fixent sur les poissons. (http://doris.ffessm.fr/Especes/Argulus-foliaceus-Pou-de-riviere-2765)

Il semblerait qu’il y ait aussi des lernéoses ou « Vers à ancre », sortes de vers (qui sont en fait aussi des crustacés), qui se fixent également entre les écailles des poissons, se nourrissant de leurs fluides internes et leur causant une infection. Le résultat ressemble à un « poil blanc » qui pousse au sein de la peau infectée du poisson. (http://www.lapagedupoissonrouge.net/maladies-poissons-rouges/lerneose-vers-ancre/ ou http://voiledechine.forumactif.org/t380-le-ver-ancre#)

Selon la taille des poissons et le nombre de parasites portés, les poissons finissent par succomber aux infections et au parasitage, ceci prend plus ou moins de temps.

Nous espérons que cette infestation n’est que temporaire car il n’y a pas de solution de traitement facile pour un étang de la taille du notre.

Nous ne connaissons pas l’origine de cette épidémie (peut être une introduction lors des alevinages divers, ou une introduction « sauvage » de poissons infectés, ou encore par les oiseaux…)

Toujours est-il que nous demandons aux pêcheurs de rester vigilants et si possible d’arracher ces pous ou vers des poissons-hôtes capturés et de détruire ces parasites avant de remettre les poissons à l’eau (à l’aide d’une pince à épiler, par exemple, et jeter dans un mouchoir en papier sec qui sera mis à la poubelle). Cela ne réglera pas le problème, mais ce sera sûrement utile pour endiguer la propagation qui risque de s’accroitre lors de la saison chaude avec l’augmentation de la température de l’eau.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire