Articles les plus consultés

mercredi 30 août 2017

Malafossant...

Je vous livre ici le mot du Maire issu de la gazette de Saint Jean d'Avelanne (38) de juillet 2017...

Effarant...

Ceci dit, M. le Maire n'a pas totalement tort sur l'argent du contribuable gaspillé... mais pas pour les raisons qu'il avance : que des bestioles (crapauds et poissons) puissent remonter le ruisseau...
Mais bien parce qu'effectivement, lors des travaux, la couche de marne a du être percée et le Malafossant est asséché sur plusieurs centaines de mètres au niveau de la passe à poissons...
là je commence à me dire qu'on est mal barrés...



dimanche 27 août 2017

Retour sur la mousse et autres...

Ce matin en faisant mon tour, je suis tombé sur les pompiers de Pont de Beauvoisin qui étaient à l'entrainement sur les berges du Tiers à Ste catherine à La Bridoire. 

Les résidus de mousse constatés la semaine dernière sont bien consécutifs à leurs entrainements, mais ils nous ont "rassurés" en avançant qu'ils n'utilisaient pas ici de produits toxiques et que la mousse était "naturelle" à base de corne broyée et non fluorée. 
Je me suis permis de leur rappeler qu'il vaudrait mieux procéder à ce type d'entrainement hors période d'étiage (au mois de juin par ex), car aujourd'hui les eaux sont à 19° et je doute que la matière organique dont est composée la mousse améliore le taux d'oxygène dissous dans l'eau. 

Ce fut une rencontre fort intéressante qui nous a permis de nous connaitre et d'échanger sur divers sujets.

L'adjudant Gonnon, m'a par la suite fait suivre le descriptif du produit utilisé, et je l'en remercie !



J'en profite pour vous donner quelques nouvelles du Guiers et de ses affluents :

Niveau température de l'eau, il semble qu'il y ait moins de soucis à se faire, les nuits étant assez fraiches. L'eau est à 18° à Pont de Beauvoisin, 19° aux Chaudannes à Belmont Tramonet. Le débit, lui est plus inquiétant et continue de baisser on a passé la barre des 3m3 ce matin...




Plus tard en descendant aux Chaudannes, j'ai pu m'apercevoir qu'il y en avait, qui apparemment, avaient bien mangé... sur le no-kill...



Je suis ensuite monté sur le Grenand dans La Bridoire et j'ai constaté la création d'une belle "bassine à truites"... certainement au goût des canyonneurs... Je rappelle qu'il est formellement interdit de faire obstruction à la continuité de l'eau et des espèces aquatiques, même s'il y a des cascades infranchissables 10m au dessus. Les truites ont besoin de pouvoir transiter et d'ailleurs bientôt elles regagneront leurs zones de frayères... plus en aval, pour le coup...




dimanche 20 août 2017

Mousse sur les berges du Tiers

Que s'est-il encore passé au bord du Tiers, samedi dernier ????? 

Comme l'année passée, nous avons été appelés pour une grande étendue de "mousse" sur les berges du Tiers à Sainte Catherine à La Bridoire 73...

Cela ressemble fort à de la mousse anti-incendie...

Si c'est un exercice des pompiers, faudrait le faire ailleurs car toute la mousse se barre au Tiers...
Après la fuite de fuel sur l'autoroute, au niveau de Verel, il y a de cela une semaine, ça fait beaucoup pour une si petite rivière....

Merci à Gilles Galler de s'être déplacé pour constater.

:(




vendredi 18 août 2017

L'état du Guiers début août...

Le Guiers début août dans les gorges de Chailles...
Pour info, cette vidéo provient d'une personne qui m'avait envoyé un courrier. Ce dernier a très bien réagi et a renvoyé un courrier à l'AFB, aux FD et aux aappma.
Quant à ce que l'on y voit, vivement que cette Station d'épuration soit construite à Entre deux Guiers et celle des Echelles mise hors service...


vendredi 11 août 2017

Florence, bénévole à l'honneur

C'est avec surprise et bonheur que j'ai découvert une interview de notre bénévole, Florence Bellemin, dans la 1ère newsletter de la Fédération de pêche départementale de Savoie !

Je vous le relaye ci dessous :

Vous pouvez le lire en ligne ici : http://www.savoiepeche.com/Actualites_Savoie_Peche/florence-la-protection-des-milieux-aquatiques-au-feminin

Un énorme merci et un grand bravo pour ton implication et ton dévouement, Flo !!!
:)

FLORENCE, LA PROTECTION DES MILIEUX AQUATIQUES AU FÉMININ
10/08/2017
Avez-vous déjà songé à vous impliquer d’avantage pour la protection des milieux aquatiques ? Florence est bénévole au sein de l’AAPPMA de Pont-de-Beauvoisin. Agée de 31 ans, elle conjugue vie professionnelle et vie de famille, et réussit pourtant à trouver le temps de défendre sa passion : la pêche.

Un amour pour la pêche avant tout

« Depuis que je suis petite, je suis une mordue de la pêche.

Enfant, je passais le plus clair de mon temps au lac d’Aiguebelette. J’aimais beaucoup m’y baigner, mais ce que j’adorais, c’était y rester de longues heures à pêcher le lavaret et la petite friture. J’y mettais une telle passion que ma mère a fini par m‘inscrire à l’école de pêche d’Aiguebelette. Autant vous dire que ça n’a fait qu’accroître la chose. C’était génial ! J’ai pu sympathiser avec les personnes qui m’entouraient, qui partageaient le même amour de la pêche que moi. D’autant plus que les étés, je travaillais sur le lac en tant que saisonnière pour de la location de barque. J’ai alors commencé à m’investir dans la vie de l’AAPPMA, d’abord doucement, puis totalement : je m’occupais de la pisciculture, accompagnais les jeunes pour la pêche en barque, relevais les frayères, ou encore récupérais des œufs de gardons pour les faire éclore dans le lac.
C’était prenant et passionnant. J’y mettais tellement du cœur que la Fédération m’a remis une médaille de bronze pour me remercier de mon engagement. »
En pleine partie de pêche


Des rencontres fortes autour d’une passion commune

« Par la suite, ma vie personnelle a fait que j’ai manqué de temps pour me consacrer autant à la pêche et au bénévolat. J’ai donc dû arrêter mon travail au sein de la vie associative.

Mais il faut croire que j’étais destinée à y retourner. En effet, il y a deux ans, j’ai rencontré David Maillard, le président de l’AAPPMA de Pont-de-Beauvoisin. Il s’occupait à ce moment-là de lutter contre une pollution sur un cours d’eau qui me touchait de près. Nous avons bien discuté, et suite à ces échanges, il m’a proposé de rejoindre son AAPPMA, ce que j’ai accepté.
Au début, je n’y connaissais personne mais cela n’a pas duré longtemps. C’est ça la magie du bénévolat : rejoindre une association permet de trouver des personnes qui ont la même passion que nous, les mêmes centres d’intérêt, et du coup le dialogue se fait naturellement. Nous étions tous réunis autour de notre amour pour la pêche. J’y ai fait des rencontres incroyables. Nous avons pu nous apporter beaucoup de choses, notamment en nous transmettant nos connaissances respectives et en échangeant. Et surtout, toutes ces personnes ont un cœur en or. Notamment Jean, notre doyen de 86 ans, qui m’a appris à pêcher à la mouche et que je remercie du fond du cœur. »

En pleine opération de nettoyage d'une rivière

Protéger les cours d’eau et leurs écosystèmes afin de faire perdurer notre loisir

« En plus d’être utiles, les actions que nous réalisons au sein de l’AAPPMA sont passionnantes : nettoyages des cours d’eau, relevés de frayères, suivi de l’ombre commun… En ce moment on essaie de récupérer des baux de pêche auprès de propriétaires particuliers pour qu’ils puissent offrir le droit de pêche à l’AAPPMA. Cela signifie qu’il faut relever le numéro de parcelles – ce qui n’est pas très facile, croyez-moi – , aller à la mairie pour savoir qui sont les propriétaires, puis leur envoyer la demande. Certains étés, nous avons aussi réalisé des pêches électriques avec la Fédération, dans le but de pêcher les poissons de certains de nos ruisseaux, très asséchés. Nous sommes ensuite allés les déverser plus bas, dans un endroit disposant d’avantage d’eau, pour leur offrir une chance de survie.

Ce sont nos liens qui font notre force : lorsqu’il y a le moindre problème ou impact touchant à nos cours d’eau ou à la pratique de la pêche, on se mobilise pour trouver des solutions ensemble. »

Travail avec l'AAPPMA

Etre bénévole, c’est aller plus loin dans sa passion… et passer de bons moments !

« Il n y a rien que je trouve contraignant dans le fait d’être bénévole. Si l’on est vraiment passionné, quoi de plus naturel que de vouloir aller plus loin. L’an dernier par exemple, j’étais enceinte mais je pêchais quand même. Si je pouvais consacrer ma vie à la pêche, je le ferais !

Pour moi, c’est un réel plaisir de participer à améliorer les conditions de pêche, de sauver les poissons en cas de pollution ou de sécheresse… Ça me plait de donner de ma personne, c’est tellement convivial, on se marre et on est une super équipe. J’avoue que c’est un peu physique parfois, mais j’adore me dépenser ! (rires) C’est vrai que s’investir au sein de son AAPPMA prend un peu de temps. Mais chacun peut s’investir à son niveau, toute aide est la bienvenue. Et puis, quelle plus belle récompense que de voir que nos efforts portent leurs fruits ? Par exemple, de voir que nos truites peuvent remonter frayer suite à l’un de nos nettoyages de cours d’eau… C’est magique. »

Initiation pêche !

jeudi 10 août 2017

Retour de la pluie et baisse des températures

La pluie est revenue, cela fait un bien fou à la nature en général et à nos rivières en particulier !!! :)

Lors de cet épisodes pluvieux, le débit du Guiers est monté (une paire d'heures...) à 50m3 et la température de l'eau a baissé à 13°! C'est salvateur !!!

Pour autant notre canton est toujours placé en alerte sécheresse...

Nous remercions la Fédération départementale de pêche de Savoie (voir son nouveau site ici) et sa chargée de communication, Lisa Potdevin, pour la création et la diffusion de ce flyer

Voir l'article sur les dispositions prises pour lutter contre les abus d'utilisation d'eau en période de sécheresse : https://www.savoiepeche.com/Actualites_Savoie_Peche/secheresse-en-savoie-une-nouvelle-demarche-de-preservation


samedi 5 août 2017

On tire la sonnette d'alarme...

Aujourd'hui avec Emilien Servonnat, on a eu une sacrée journée...
Pour commencer, nous sommes allés prendre les températures de l'eau sur le Guiers, et ça grimpe vitesse grand V... L'eau est toujours aussi dégueu, vu le taux de matière en suspensions (travaux à Saint Laurent ???) il ne doit plus rester beaucoup d'oxygène dans cette eau à 21° dans Pont de Beauvoisin et 23° à Belmont Tramonet...
Ces mesures sont ultra inquiétantes, mais pas pour les canoés qui s'éclatent à marcher à côté de leur embarcation, apparemment...

En tout cas je demande aux pêcheurs de cesser la pêche sur la partie aval du Guiers, en attendant un peu de fraicheur et d'eau.















Après cela, nous nous sommes rendus sur un ruisseau affluent du Tiers pour constater quels avaient été les répercussions des nettoyages que tous nos bénévoles ont effectué sur ce ruisseau dans les deux dernières années...
Et franchement, la bonne nouvelle, c'est que le lit s'est recreusé, désensablé, la végétation aquatique est maintenant reine, ce qui m'a, je l'avoue, remis du baume au coeur...
Jusqu'à ce que l'on tombe sur un dépôt de sac d'engrais, en plein milieu du ruisseau... Au moins 20 sacs de plus du kilo, délibérément balancés dans l'eau et éventrés... A ce niveau là c'est criminel.

Nous avons donc sortis du mieux que nous pouvions cette saloperie du ruisseau, remis dans des sacs poubelles et nous sommes rendus à la déchetterie de Domessin, qui a gentiment accepté de nous en débarrasser. Merci à eux.
Je dormirai mieux ce soir en sachant que ce poison immonde ne se diffusera plus dans nos ruisseaux, mais ça me dégoute de penser qu'il y a des êtres assez décérébrés pour aller se débarrasser de leur merde dans nos cours d'eau, sachant très bien ce qu'ils font, se tapant 900m après une barrière fermée à clef (tiens tiens ça réduit la liste des suspects, ils les ont pas amené à pied...). Tout ça à Verel de Montbel (73), à côté de la Vavre...

Là je suis furieux devant tant de connerie...