Articles les plus consultés

jeudi 30 août 2018

Suivi des conditions...

Dernière journée d'analyses avant le retour au boulot demain...

Du côté de St Béron, où la STEP, sur le ruisseau du Bonnard, est une véritable catastrophe (bien trop vieille, beaucoup trop petite...) et où j'ai eu droit à un petit rebondissement avec une substance qui ne provenait pas de la STEP, mais de plus en amont... L'enquête est en cours...


Sinon le haut du Tiers est toujours aussi mal... à la résurgence des eaux du lac, la T° est à 20,2° et l'O2 dissous à 6 mg/l... Plus on descend, plus ça refroidit jusqu'à ce que l'eau prenne la T° de l'air : 18,7° au Pont des Rousses à la Bridoire...






Le Rondelet quant à lui est bien à sec sur un bon kilomètre, et il ne reste plus qu'un filet d'eau dans sa partie amont... je ne l'ai jamais vu aussi bas au niveau de Dullin...





:(

mercredi 29 août 2018

Nouveautés au bord du NK de St Béron et autres...

Ce matin avec Gilles, nous avions rendez-vous avec le Maire de St Béron et le responsable (Educateur sportif) de la FFM (Fédération française de motocyclisme) sur le terrain, loué par la communauté de communes, de l'ancienne plateforme de Pechiney. Nous avons enfin pu savoir de quoi il s'agissait, car nous sommes directement concernés, étant donné que c'est en bordure de notre parcours No-Kill des gorges de Chailles...
Il est donc en train de se construire là bas un terrain d'entrainement moto pour les enfants. La fréquence d'entrainement sera de 2 journées par semaines (selon météo). Tout semble bien encadré et normé, nous avons émis nos craintes et préconisations, et je l'espère, avons été entendus...

Nous vous mettons à disposition les actions que la FFPM met en oeuvre pour l'environnement :
https://drive.google.com/open?id=1cswz86QRzYFHOJPPvZv1kMRjbEhIJkzU

Ensuite 3 gouttes d'eau sont tombées sur le Guiers...
Et le stade de foot de Pont de Beauvoisin (73) qui arrose copieusement la pelouse en plein arrêté préfectoral d'alerte sécheresse... 








Et pour finir à l'étang de Reculfort...
Mc Daube, ça fait chier...

:(

dimanche 26 août 2018

Premières conclusions après analyses


Après avoir effectué plus d'une trentaine d'analyses, nous commençons à avoir pris l'habitude des protocoles et devenons de plus en plus efficaces et pertinents sur nos résultats.
Nous commençons à avoir récolté assez de données pour pouvoir tirer un premier bilan de ces analyses, au moins sur le Guiers et le Thiers. En ce qui concerne les autres affluents, il nous faut encore d'autres données afin de croiser les résultats.

Nous vous mettons donc à disposition ces résultats, qui proviennent, au minimum, de 5 prélèvements et analyses, à différents endroits de la rivière entre le 30 juin et le 26 août 2018.

  Ø  Guiers :

PH moyen entre 7.5 et 8.4
Quantité d'O2 dissous entre 7 et 8 mg/l
Débit moyen : ~10m3/s
Débit d'étiage sévère 2018 (< à 3m3/s) : moins de 2m3 (plus d'un mois passé entre 2 et 3m3/s)
Débit Maximal 2018 : 298 m3/s
T° maximale de l'eau : > à 26° en fin de journée durant la canicule
Temps (en continu) où la T° de l'eau est restée > à 21° : 17 jours (baisse de l'O2 constaté à 6mg/l sur la période)

Les différents types de polluants et leurs origines (parfois supposées) :

Substance (ion)
Taux moyen de présence dans la rivière après dilution
Pic atteint au rejet
Origine
Ammonium (NH4+)
De 0.1 à 0.8 mg/l
120 mg/l
STEP et rejets domestiques, agriculture
Nitrites (NO2-)
De 0.01 à 0.1 mg/l
4.5 mg/l
STEP et industries, agriculture
Nitrates (NO3-)
De 4 à 7 mg/l
80 mg/l
STEP et agriculture, industries
Phosphate (PO4-3-
De 0.1 à 1 mg/l
12 mg/l
STEP, rejets domestiques, agriculture, industries
Potassium (K+)
De 0 à 9 mg/l
20 mg/l
STEP, agriculture
Chlorures (Cl-)
De 2 à 8 mg/l
58 mg/l
STEP, rejets domestiques et industries
Fer (Fe 2+)
De 0 à 0.02 mg/l




  Ø  Thiers :

PH moyen entre 7.6 et 8
Quantité d'O2 dissous entre 7 et 7.7 mg/l
La température de l'eau est montée de nombreuses fois au dessus de 24° durant l'étiage et la sécheresse (le taux d'O2 est descendu à 6 mg/l).
Le débit est au plus bas, malgré la constance des résurgences des eaux du lac.

Les différents types de polluants et leurs origines (parfois supposées) :

Substance (ion)
Taux moyen de présence dans la rivière après dilution
Pic atteint au rejet
Origine
Ammonium (NH4+)
De 0.1 à 0.3 mg/l
600 mg/l
STEP et rejets domestiques, agriculture
Nitrites (NO2-)
De 0.02 à 0.06 mg/l
15 mg/l
STEP et industries, agriculture
Nitrates (NO3-)
De 8.5 à 10 mg/l
350 mg/l
STEP et agriculture, industries
Phosphate (PO4-3-
De 0.1 à 0.5 mg/l
4 mg/l
STEP, rejets domestiques, agriculture, industries
Potassium (K+)
De 1.15 à 15 mg/l
28 mg/l
STEP, agriculture
Chlorures (Cl-)
De 7 à 13 mg/l
> à 6000 mg/l
(ou 6 g/l)
STEP, rejets domestiques et industries
Fer (Fe 2+)
De 0.04 à 0.22 mg/l
0.75 mg/l
Industries et STEP

Les autres infos que nous pouvons donner sur les pics de rejet sur les affluents, en attendant d'avoir plus de données sur l'état après dilution :

- Aiguenoire : 1000 mg/l d'ammonium, 75 mg/l de Phosphate, 950 mg/l de Chlorures, 150 mg/l de potassium, 52 mg/l de phosphate, au rejet
- Ruisseau du Bonnard : Ammonium à 325 mg/l, au rejet
- Paluel : fort taux de nitrates, nitrites, ammonium, potassium et phosphate
- Carmes : fort taux de nitrates et d'ammonium constaté

En revanche, l'étang de Reculfort se porte plutôt pas mal !

Rappels :

  •           Les valeurs légales pour le classement de l'état des eaux en France :

Source : Guide technique Relatif à l’évaluation de l’état des eaux de surface continentales (cours d’eau, canaux, plans d’eau), Mars 2016, Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer.

·         Les valeurs recommandées pour un bon état écologique des rivières karstique salmonicoles :

Source : SAMU de l'Environnement

Nos conclusions :

Nous nous apercevons qu'après dilution des rejets, les taux moyens de polluants dans nos cours d'eau, selon les valeurs légales, les classent dans un état officiel de "bon à très bon".
Or si l'on compare ces mêmes données aux recommandations pour un bon état écologique des rivières karstiques salmonicoles, on s'aperçoit qu'on est bien au dessus des normes.
Sur le terrain et visuellement, nous pouvons observer que le milieu ne va pas bien du tout : eutrophisation, turbidité, baisse du nombre d'invertébrés, de salmonidés, intensification des phénomènes de crues de plus en plus ravageurs, hausse des températures de l'eau ces dernières années sur des périodes de plus en plus longues avec un débit de plus en plus restreint et des concentrations en polluants qui s'en trouvent augmentées...

De là à dire que les valeurs "officielles" de bon état des eaux de surface sont surgonflées, il n'y a qu'un pas... que nous franchissons !

De plus, nous insistons sur le fait que, certes après dilution des rejets, les taux sont plus faibles, mais le rejet en lui même impacte très nocivement son environnement direct sur des centaines de mètres à l'aval avant d'être dilué. Et ces rejets ne sont éloignés, en général, que de quelques kilomètres (dans le meilleur des cas), bien qu'ils peuvent être concentrés à certains endroits... Il n'y a donc plus aucune zone "refuge" (même les têtes de bassin sur les affluents !) pour que la vie aquatique puisse prospérer et repeupler le cours d'eau. La faune et la flore aquatique sont obligées de composer avec ce marasme et on voit de nombreuses espèces en déclin et d'autres disparaitre totalement... les prochains sur la liste : les salmonidés.

Nous ne pouvons plus contrôler les éléments climatiques, mais en revanche, nous pouvons encore influer sur nos rejets à la rivière. Il faut baisser ces normes drastiquement et se tenir à ce que nos STEP (station d'épuration) suivent ces normes. Mais au delà de cela, il faut aussi que nos STEP s'équipent pour filtrer toutes les substances médicamenteuses que nous (et notre bétail) ingérons et qui se retrouvent dans l'eau, sans que nous sachions dans quelles proportions et quel est leur effet sur la vie aquatique... Il ne peut pas être bon... De la même manière il faut également filtrer les perturbateurs endocriniens (PCB, pesticides, bisphenols, hydrocarbures...), qui au vu des effets sur l'être humain ne sont sans doute pas innocents dans l'affaire... Il faut également que l'industrie revoie ses normes de rejet à la baisse, voire ne rejette plus (mais ça coûte plus cher...), que l'agriculture devienne plus raisonnée et raisonnable (autant dans la course à la production que dans l'épuisement des ressources), que toutes les habitations soient reliées à un système récent d'épuration...

Bref, il faut que notre société change radicalement de modèle afin d'enrayer la fin programmée, car déjà le retour en arrière n'est plus possible...

Sommes nous prêts ???

samedi 25 août 2018

Une famille française...

Y'a des jours où je me demande si je suis normal...???

Pourquoi, au lieu de faire ce que je fais, je ne ferais pas plutôt comme cette gentille famille que je croise régulièrement, et avec qui, chaque fois, je vais discuter, leur rappelant gentiment de ne rien laisser trainer derrière eux...
Offusqués qu'ils sont ! "NOUS ? mais ce n'est pas notre genre ! on ne salit JAMAIS ! Derrière nous c'est comme un sou neuf !"...

Bref, je devrais faire comme eux... me lever le matin, trouver qu'il fait très chaud, et me dire qu'on va aller se rafraichir un peu à la rivière avec toute la petite famille, c'est le dernier coin qui est "vivable" par ces chaleurs...
Pis sur la route, j'aurais une petite faim, alors, je m'arrêterais au McDo... mais quand même j'ai des principes contre la malbouffe, alors je prendrais un menu "Vegan" !!!...
Oh et puis tiens, tant qu'à aller au bord de l'eau, j'ai tout un tas de trucs dont je dois me débarrasser... Les vieux vêtements des enfants (j'vais quand même pas tout refiler à ces pauvres d'Emaüs !)... J'ai aussi un vieux matelas, ça sera marrant de le brûler au bord de l'eau ! Pis j'en profiterai pour nettoyer la voiture avec l'eau de la rivière... Je m'apercevrai ensuite que le McDo Vegan a du mal à passer, alors j'irai me soulager... Je chierai en plein milieu du chemin... mais comme je suis quelqu'un de propre, je me torcherai avec 15 lingettes que je laisserai pour couvrir mon oeuvre...
Bref, après tout ça, j'irai certainement faire un tour de motocross ou quad sur le nouveau terrain sur l'ancienne plateforme de St Béron, bah oui tant qu'à faire, autant aller polluer un terrain qui est déjà tellement pollué qu'il lui faudra de toute manière, des décennies, voire des centaines d'années avant qu'il ne revienne à la normale...

Humains, vous me fatiguez...

A chaque fois, ça me mine un peu plus, autant que la nature est dégradée...
Mais ne vous en faites pas, ce n'est pas de mon pétage de plombs dont vous aurez à vous soucier ! Mère Nature ne nous laissera pas faire ça indéfiniment et remédiera à sa manière au problème...